Alain.Estaria

 

 

       TRAVERSEE DES PYRENEES REUSSIE

              EN 19 JOURS 1/2

                                                                                                     

 

 

 

   TRAVERSEE DU 10 AU 29 JUILLET 2009                                     

        

AU TOTAL:37500 METRES DE DENIVELEE

POUR 780 KILOMETRES

                de Banyuls à Hendaye

 

Il est six heures, le soleil se lève sur la Méditerranée, je tourne le dos à Banyuls, du pic de Saillefort la baie de la côte vermeille disparaît lentement derrière moi, l’aventure d’une vie de montagnard commence…

Le soleil se couche sur le Perthus, je déplie ma maison escargot, la pénombre et le silence de la nuit sont là, mon réchaud ronronne à tout gaz, mon lit de plumes s’offre à moi.

6 heures, la rosée laisse échapper les senteurs méditérannéenes, ma maison en tissus est rangée dans mon sac à dos, une nouvelle journée commence, avec ses joies, ses découvertes,ses surprises, ses souffrances.

Le soleil et la lune se lèvent puis se couchent. Au jour clair et transparent succède la nuit sombre et opaque, tout change d’heures en heures, tout change de jours en jours.

Qu’elle force me pousse donc à marcher, marcher et marcher encore ?

Seul et pourtant pas si seul que ça, que de rencontres à faire durant ces trois semaines : aigles, vautours, isards, marmottes, fleurs, soleil, pluie, orages, tempête…mais aussi quelques randonneurs, compagnons de route d’un instant.

En sursaut je me réveille de mon rêve : mon projet pour cet été. Hendaye sera l’ultime pas à accomplir, l’océan à l’infini, un océan de bonheur. Le bonheur d’apprécier cette aventure en oubliant les difficultés et les souffrances, le bonheur de retrouver mes proches et tout particulièrement ma fille Mahé qui aura quelques mois d’existence sur la planète bleue.

 

                      

   

        Dormir au dessus des nuages.

 

Bivouaquer là haut est plus qu’un agréable moment : il offre intimité et tranquillité. Unités de temps et de lieu se mêlent jusqu’à n’en plus  finir, au point où on ne sait plus si la magie vient de la nuit ou de l’altitude.

 Le soir le grand spectacle s’ouvre à moi, les parois changent de couleurs, le silence s’installe, le ciel s’embrase d’une multitude de teintes. Plus bas la vallée s’efface dans la brume, au dessus, dans un silence absolu, le ciel se pare de multiples couleurs, puis plus tard, dans le grand spectacle de la nuit, c’est un feu d’artifice qui s’allume dans la densité des ténèbres. Nulle part ailleurs une telle féerie de lumières ne peut s’offrir à nos yeux, la pureté de l’air, l’absence de pollution permettent le déploiement d’une myriade d’étoiles et de galaxies.

Dans ces moments et ces lieux de quiétude, c’est comme une magie qui opère sur le randonneur.

Ce sont ces moments de la vie qui procurent une sensation immense de joie et de liberté.

 

      

                                                                                                                                                           

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes le 61783ème visiteur

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site