Les règles de la vie sauvage

Pyramide écologique, cycle de la matière et de l'énergie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                   

 

La vie est très rude en montagne pour les bêtes sauvages et elles obéissent à certaines règles résumées dans le schéma ci-contre.

 

Toute l’énergie dont on besoin les êtres vivants vient du soleil. Ce sont les plantes qui, grâce à la chlorophylle, sont capables de capter une partie de l’énergie solaire puis de l’utiliser et de la mettre à la disposition des animaux.

Pour que fonctionne l’usine chlorophyllienne, il faut de l’eau des sels minéraux et du gaz carbonique.

Les plantes apparaissent donc dans l’épiderme vivant de la terre comme un écran vert. Ces végétaux sont consommés par les animaux, qui ont un rôle essentiel dans la survie des très gros animaux.

Les herbivores (isards, marmottes, campagnols, écureuils…) consomment des plantes ou des fruits. Tous les autres animaux sont des carnivores (que l’on nome prédateur), mais le renard et l’ours consomment pour se purger de grandes quantités de végétaux.

Ceux qui ne sont mangés par personne sont dits super-prédateurs.

Cet ordre : qui mange qui ? Définit une chaîne alimentaire.

En temps de disette il arrive de voir de gros animaux de nos montagnes chasser de très petits animaux que sont les campagnols ou les sauterelles.

Le tableau montre bien que le nombre de super prédateurs est beaucoup plus faible que celui des végétaux. Les êtres vivants s’organisent un peu comme une pyramide de vie qui tente de vivre depuis des millénaires, dans cette autre pyramide recouverte de neige de longs mois chaque année. Certains animaux ont choisi de rester sur place et d’y survivre (hiberner), d’autres se lancent dans de lointaines migrations, surtout bien sûr les oiseaux.

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site